Lettre ouverte : La direction de l’UPEC à la dérive sur l’engagement étudiant

Le ridicule ne tue pas mais si c’était le cas, ici, il le ferait. Telle est la phrase introductive choc que nous avons choisi afin d’exprimer toute notre déception après l’envoi du véritable brouillon que constitue la proposition irréfléchie et non-concertée, faite par l’équipe de direction de l’Université Paris-Est Créteil (UPEC) dirigée par O.Montagne, relative à la mise en place de l’engagement étudiant suite à la promulgation du décret qui y est lié le 10 mai 2017 dernier venant compléter l’article 29 de la loi égalité et citoyenneté qui généralise ces dispositifs à l’ensemble des établissements d’enseignement supérieur. Ainsi, à compter de la rentrée universitaire 2017/2018, tous les établissements d’enseignement supérieur devaient mettre en place un dispositif de reconnaissance des compétences et aptitudes acquises dans le cadre d’une activité bénévole et ce, dans un délai de 2 mois maximum. Outre le fait d’être hors-délais, la direction de l’UPEC a décidé de refuser toutes concertations à ce sujet et de passer en force pour faire adopter cette médiocre adaptation qui déforme en tous points l’esprit du décret. Ainsi, l’équipe dirigeante vient placer l’UPEC en complet décalage des besoins de ses usagers et désigne notre établissement comme le moins volontaire et dynamique sur le domaine de la Vie Etudiante pourtant facteur incontestable d’émancipation et de réussite. Le ras-le-bol est clairement à son paroxysme  quand à cela s’ajoute des conditions de travail lamentables (locaux exiguës, matériels non fonctionnels et hors d’âge, pas de chauffage à ce jour, etc.) en contraste total avec les grands bureaux de la direction flambant neufs et son matériel hors de prix. Et ce, sans compter les indemnités versées aux membres de la direction alors que les associatifs sont contraints de prendre sur le temps de cours pour un volume horaire parfois égal à ces derniers. Si nous ne pouvons que saluer le « Plan Etudiants » présenté en octobre dernier, il est en revanche très clair que certains font tout pour que ce dernier s’arrête à la frontière de notre campus pour des motifs purement politiques. C’est une honte !

Quel écœurement quand on se rend compte que l’intérêt personnel, ou de quelques syndicats minoritaires, écrase la majorité à des fins de «communication nationale» qui consiste à créer des situations alarmantes imaginaires même si cela est en parfaite contradiction avec toutes les données chiffrées faites par les services centraux de l’université !

La majorité associative de l’UPEC ne mange pas de ce pain-là et réfléchit à tous les moyens légaux pour mettre en place un recours afin de donner du sens aux engagements. En tout état de cause, nous ne reconnaissons pas cette décision humiliante et les demi-mesures qui en découlent ! De plus, nous annonçons officiellement la fin de notre collaboration avec l’équipe de direction actuelle qui visiblement ne défend pas la cause de ses usagers, au contraire. Calcul politique au quotidien, mensonges sans limites et fourberies en tous genres sont bien loin du service public que nous devons. Nous ne pouvons pas partager de telles ambitions. Nous n’avons pas de carrières en attentes, nous servons humblement avec fidélité à nos valeurs progressistes et ce que nous avons, nous avons travaillé pour l’avoir. Comme toujours, nous faisons le choix des étudiants !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *